Anticorr : Une application pour lutter contre la corruption au Bénin

Anticorr : Une application pour lutter contre la corruption au Bénin

Applications 0 Comment 196
Le lancement de l’application a eu lieu ce 15 décembre dans les locaux de l’INFOSEC de Cotonou. Destiné à aider dans le cadre de la lutte contre la corruption au Bénin, Anticorr a été rendue public en même temps que « la corruption racontée », un manifeste de 63 pages.

Des citoyens désormais acteurs

 

En matière de lutte contre la corruption, les gouvernants ont coutume de rappeler que c’est la participation de la population qui aide réellement à contrecarrer ce phénomène. C’est peut-être dans ce sens que des jeunes béninois ont pris la décision de mettre leurs mains à la pâte en créant une application qui a pour rôle de permettre au citoyen où qu’il soit sur le territoire national de dénoncer des faits de corruption.
Autant dire qu’avec cette application, c’est le citoyen qui devient le premier acteur de la lutte contre la corruption en faisant savoir au grand public les faits dont il est victime ou témoin. Le nom de l’application, Anticorr n’est autre qu’une abréviation de mot “anticorruption”.

Comment fonctionne Anticorr ?

 

Le principe de fonctionnent de cette nouvelle application est essentiellement basé sur l’écrit et la voix. Cependant, il faut attirer l’attention sur le fait que pour que cela soit d’un succès évident, c’est le nombre d’installations qui le déterminera. En effet, il faut dire que l’utilisateur passe par le canal de cette application pour dénoncer soit par écrit, ou par voice note comme sur la célèbre application Whatsapp, a expliqué Roland Alavo membre de l’équipe de conception. Cependant, il est à déplorer l’inexistence d’apports de contenu imagés pour prouver un tant soit peu la véracité des faits dénoncés. Il faut peut-être espérer que cela se fasse dans une prochaine mise à jour.
Mais le fonctionnement de cette application va bien au-delà de la simple dénonciation de faits de corruption. Comme le font savoir les concepteurs, il existe deux interfaces dans cette application. Celle dédiée aux faits de corruptions dans le domaine administratif, et celle du client lambda. En outre, avec les dénonciations qui, sûrement se feront fréquentes, cette application permettra à la longue de disposer de statistiques évidentes pouvant permettre d’identifier les régions qui ont un fort potentiel de corruption dans le pays. De même, l’utilisateur aura la possibilité de voter et de commenter. Mais il lui sera aussi possible d’avoir accès à des textes de la République. Cela est d’autant plus important qu’il est impératif de contenir les dérives des uns et des autres.

Le manifeste de la corruption

 

Ce fut aussi l’occasion pour faire le lancement officiel du Manifeste de la corruption, un document de 63 pages. Il a été publié par les boursiers 2016 du  programme Young african leader initiative (Yali). Le document en question est préfacé par Brice Sinsin anciennement recteur de l’Université d’Abomey-Calavi. Le manifeste intègre une dizaine de textes écrits par des jeunes de nationalité sénégalaise, nigérienne et béninoise. Le document se présente comme un début de piste pour trouver des solutions pratiques au phénomène de la corruption.
Mais le but principal de ce manifeste est aussi de faire en sorte que la jeunesse béninoise et africaine puisse prendre conscience du rôle qui est le sien dans la lutte contre la corruption. En dehors des maladies, la corruption est l’un des phénomènes qui entretiennent la pauvreté des habitants du continent.

Author

Maceo Ouitona
Maceo Ouitona

Journaliste et Traducteur EN-FR et ESP-FR, Maceo est passionné de tics, de gadgets électroniques, de E-commerce et surtout d'écriture. Il a exercé en tant que journaliste au sein de médias comme Afrizap, Le Business Journal, Ecce Africa, et exerce en tant que freelance au sein de plusieurs entreprises à travers le globe.

Leave a comment

Search

Back to Top