Côte d’Ivoire : le gouvernement taxe les transferts Mobile Money

Côte d’Ivoire : le gouvernement taxe les transferts Mobile Money

Actualités 0 Comment 35
Le mobile money, solution de paiement par mobile mise en place comme alternative aux cartes de crédits et au faible taux de pénétration bancaire dans les pays sous développés aussi bien qu’en voie de développement, représente une mane financière jusque là non imposable par les gouvernements.
L’Afrique a elle seule concentre près de 50% des 280 et quelques offres de mobile money recensées dans le monde. D’après une étude réalisée par le Boston Consulting Group, les utilisateurs du mobile money pourraient atteindre 250 millions de personnes et rapporter près de 1,5 milliards de dollars d’ici 2019. Dans certains pays comme le Kenya, l’état paie ses fonctionnaires par mobile money. La question d’une taxe sur ces transactions financières se pose naturellement.

La Côte d’Ivoire se rattrape

 

Début 2018, l’état ivoirien a instauré une taxe sur les transactions financières effectuées sur mobile. Désormais sur chaque transaction, l’état va prélever 0,5% du montant sur le compte qui initie le transfert. C’est une pratique qui existe dans des pays comme le Kenya et l’Ouganda depuis quelques années où le pourcentage prélevé est beaucoup plus important.
La nouvelle taxe s’appliquera à tous les transferts domestiques opérés par les opérateurs télécoms locaux ainsi que par les opérateurs de transferts de fonds. 
En Côte d’Ivoire, le nombre d’abonnés mobiles ne cesse de croitre. En 2017 par exemple il s’élevait à 30 millions dont environ 30% ayant un compte mobile money et cela rapporte près de 4 000 milliards de francs CFA chaque année.

 

Author

Sem DJEGUEDE
Sem DJEGUEDE

Ingénieur IT & MBA, il est avant tout un entrepreneur passionné des technologies mobiles et de voyages.

Leave a comment

Search

Back to Top